Qu’est-ce que la zoothérapie ?

La zoothérapie, appelée également médiation animale, est une thérapie assistée par l’animal, incluant le thérapeute, l’animal et le patient.

Nous avons pu remarquer à quel point ce rapport triangulaire facilite les échanges, la communication et favorise un rapport de confiance entre le thérapeute et le patient.

En quoi l’animal aide au bien-être ?

Les Parisiens sont réputés pour leur morosité dans le métro. Pour y avoir vécu 3 ans, je peux confirmer ces dires.

Mais j’ai pu remarquer que quelque chose d’extraordinaire se passait quand un animal prenait place avec son propriétaire dans le métro : les visages s’éveillaient, les yeux devenaient plus vivants, plus curieux, des sourires s’esquissaient et même des échanges s’entamaient.

Les gens ne se parlent que très rarement dans le métro, c’est tout juste s’ils se regardent. Une tension lourde est palpable, on peut sentir que les gens ont peur les uns des autres et réagissent à cette peur de l’inconnu par l’agressivité et la violence mais il suffit qu’un animal entre en scène pour délier les langues, adoucir les regards et ouvrir l’échange.

Ce cas est tout à fait transposable à des lieux tels que les maisons de retraite, les institutions spécialisées, les écoles, les hôpitaux et les espaces pénitenciers. Chaque situation avec sa problématique, certes, chaque organisation avec son mode de fonctionnement mais le fond reste le même face aux questions humaines et relationnelles :

  • Comment créer du lien ?
  • Comment communiquer ?
  • Face à la peur et à l’appréhension de l’Autre, comment entamer l’échange ?
  • Face à la maladie, comment aborder le sujet sans peurs ?
  • Comment apporter un peu de joie et de chaleur dans les cœurs ?

L’animal : miroir de nos émotions

Le travail que je propose avec l’animal est très clairement projectif (qui permet de faire des projections d’émotions) : cela veut dire que ce que le patient va « projeter » sur l’animal parlera de lui-même.

Par exemple, un enfant abandonné à qui l’on donne la responsabilité de s’occuper d’un animal, en prendra soin comme à la prunelle de ses yeux car tout l’amour qu’il n’a pas eu, il le donnera à son animal.

On a pu remarquer le même phénomène s’opérer dans le cadre de médiations animales auprès de personnes socialement isolées ou dans les maisons de retraite.

La solitude et le manque d’affection que vient combler l’animal n’a pas de prix. Il redonne joie et sourire à ceux et celles que la vie a délaissés ou malmenés, car la beauté de l’animal réside dans son regard de non jugement et son amour inconditionnel !

Le lien avec l’animal répare donc, à son niveau, les blessures et nourrit la joie de vivre et l’amour de manière spontanée.

L’animal favorise l’éveille des sens

Le pelage doux et soyeux ou les couleurs vives des animaux sont autant de réveils pour nos sens !

De part sa simple présence, l’animal nous invite à devenir plus conscient de l’instant, plus présent à nous-même et aux autres. Caresser un chien agit à la fois sur les plans sensoriels et affectifs, observer les couleurs ou sentir les odeurs qu’offrent les animaux peuvent réveiller des mémoires et au même titre que la « madeleine » de Proust, éveiller en nous des souvenirs.

Toutes les grandes pratiques zen et de méditation invitent à revenir au corps, à la sensorialité. Seuls les sens nous permettent un pont avec l’instant présent et seul l’instant présent nous ouvre les portes du bien-être et du bonheur.

L’animal, un vrai guide de sagesse - Exemple du chat

Tous ceux qui ont un chat, sauront tout de suite de quoi je parle !

Qui n’est pas resté contemplatif face à la présence bien ancrée d’un chat qui se prélasse au soleil ? Qui n’a pas envié leurs positions souples et flexibles quand ils s’étirent, espérant pouvoir faire la même chose au cours de yoga ? Et qui n’a pas désiré leur autonomie affective, sachant doser parfaitement câlin et solitude ?

En somme, le chat est l’exemple type de l’incarnation du bonheur. Il sait à la fois être présent à lui-même et aux autres, il sait écouter et respecter ses besoins, il sait être à la fois très calme tout en restant en alerte, prêt à bondir en toute occasion.

Cette petite illustration permet de mettre en avant à quel point l’humain prend exemple, et ça depuis la nuit des temps, sur les animaux en les observant. Mieux les comprendre, nous permet de mieux « nous » comprendre en tant qu’espèce. Grâce à eux, l’humain a pu se dépasser, apprendre à voler, à nager… et à aimer.

Ainsi grâce à un vrai travail de collaboration et la mise en place d’une relation de confiance entre le médiateur (zoothérapeute), l’animal et le patient des liens vont se créer vers une meilleure connaissance et compréhension de soi-même.

Comment se déroule une séance ?

Bien qu’il  y ait des protocoles à respecter, il n y a pas de séance type.

C’est exactement ce que nous apprend l’animal :  à chaque rencontre, ce qu’il offre est différent et c’est ce qui fait toute la richesse de la médiation animale.

Quel animal est adapté pour la zoothérapie ?

En règle générale, l’animal qui se prête plus facilement au jeu de la zoothérapie reste encore le chien.

Néanmoins, des lapins, certains chats, des hamsters, des volailles, des chevaux, des ânes, des chèvres, des poules, des cochons, des mammifères marins et même des reptiles, pourront tout aussi bien apprécier le contact avec l’humain et jouer leur rôle d’assistant thérapeutique.

La présence de l’animal est-elle obligatoire dans les séances ?

Il se peut que pour x raison que ce soit, l’animal ne puisse être présent à la séance. Celle-ci pourra néanmoins avoir lieu.

Mon travail est largement inspiré du mouvement d’écologie profonde et intérieure d’Arne Naess, qui part du principe que la nature fait partie intégrante de notre être, se connecter à la nature – et ça peu importe la forme – revient donc à se connecter à soi-même et vice et versa.

Nous travaillons donc aussi bien avec la présence de l’animal que par le biais de supports, de jeux qui nous mettent en lien avec la nature et avec nous-même.

Nous pouvons également faire des séances de relaxation et d’ancrage à la Terre ou encore des sorties en pleine nature si le cadre le permet.

Un travail, des connexions

Vous l’aurez bien compris, mon travail va au-delà du lien animal-humain. Il traite du lien dans toute sa globalité : quel lien ai-je avec moi-même, avec les autres, avec la nature et l’humanité ?

Toutes ces questions fondamentales sont intimement liées et font parties d’un même et seul tout: apprendre à s’aimer et à aimer les autres.